Nous voulons mener un programme articulé sur trois axes prioritaires :

 

1. l’écologie naturellement, pour agir sur le climat, la biodiversité et l’environnement.

2. Le social, car il ne peut y avoir d’avancée écologique si elle n’est pas supportée équitablement.

3. L’égalité, pour en finir avec les discriminations, sources de précarité.

 

Nous voulons que le Jura assume pleinement, à son échelle, sa part de responsabilité dans les actions qui doivent être menées sur un plan global pour endiguer le dérèglement climatique. Il faudra pour y parvenir que chacun∙e  apporte sa pierre à l’édifice commun. Les mesures nécessaires devront être supportables pour tous, car il est impensable que les plus gros efforts doivent être consentis par les plus vulnérables d’entre nous. Parmi les facteurs qui génèrent de la précarité sociale, le fait d’être une femme est encore déterminant. Il est indigne d’une société moderne et démocratique que des discriminations, quelles qu’elles soient, en raison du genre, de l’origine, de l’orientation sexuelle ou autre, puissent être un facteur de pauvreté. Nous luttons depuis toujours pour l’égalité, car elle est une des conditions sine qua non à l’avènement d’une société plus juste et plus respectueuse de l’humain comme de l’environnement. Il faut donc impérativement que la transition écologique soit sociale et équitable pour pouvoir être acceptée.

Avec les crises toujours plus diverses et nombreuses que nous devons affronter (crises climatique, environnementale, sanitaire, sociale), nous percevons de plus en plus clairement les limites et faiblesses de notre société trop basée sur l’économie et sur la consommation. On peut être amené à voir l’avenir avec angoisse et, peut-être, préférer le déni à l’action. Nous pensons au contraire qu’il est illusoire de penser que l’économie de marché pourra d’elle-même régler les problématiques environnementales sans mesure étatique forte. Il est également faux de donner à croire que le repli sur soi peut régler tous nos problèmes. Nous ne proposons pas la politique de l’autruche, mais bien de prendre le taureau par les cornes. Nous sommes convaincus qu’un mode de vie plus respectueux de l’environnement peut également être source de davantage de bien-être pour chacun d’entre nous, sans qu’on doive  renoncer à notre qualité de vie. C’est dans cette direction que nous voulons aller, ensemble, avec confiance et optimisme.

Certes, l’écologie a un coût. Il est toutefois infiniment moins élevé que le prix de l’inaction, qui augmente sans cesse tant que nous n’agissons pas. Nous pouvons l’assumer : il faudra rééquilibrer les forces entre le capital et l’humain, revoir les priorités dans les investissements publics, réorienter la fiscalité pour favoriser les comportements vertueux, et permettre des économies dans certains secteurs afin d’allouer des fonds à d’autres.

Nous voulons mener une politique verte, la seule qui permettra de relever les défis qui frappent à nos portes. Nous continuerons à mener notre combat dans la rue par notre action militante, citoyenne et associative, mais nous voulons également le faire avec des forces accrues au Parlement et au Gouvernement. En votant Verts, la population nous permettra de travailler encore mieux avec les autres partis pour promouvoir une politique cantonale plus juste. Nous aurons aussi plus de poids pour exiger que nos autorités interviennent à Berne en proclamant la volonté des Jurassiennes et des Jurassiens, pour plus de respect de l’environnement dans toute la Suisse.

Depuis près de quarante ans au niveau fédéral et plus de trente ans dans le Jura, nous nous engageons pour l’écologie, l’égalité et la justice sociale et fiscale. Le temps montre hélas que nos combats sont nécessaires et que les moyens que nous souhaitons mettre en œuvre sont les bons. Voter Verts, c’est permettre une politique crédible et menée avec compétence pour le climat, un environnement préservé, une énergie propre, une agriculture de qualité, une économie durable, un aménagement du territoire responsable, et pour une société plus juste, égalitaire et inclusive.

Agriculture

 

Les agriculteurs produisent la base de notre alimentation : céréales, légumes, légumineuses, produits carnés et laitiers. Ils sont un élément central de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Ils contribuent également directement à la beauté de nos paysages jurassiens et offre le gîte et le couvert à de nombreuses espèces. Nous demandons une agriculture de proximité, respectueuse de l’environnement de la biodiversité et du bien-être animal et n’utilisant pas d’OGM. La plupart des intrants, des produits phytosanitaires et des médicaments utilisés ne sont pas nécessaires. Les agriculteurs doivent pouvoir vivre dignement de leur travail. Les terres agricoles doivent absolument être protégées. L’évolution de l’agriculture doit se faire autant que possible à l’échelle européenne (ou au moins ouest-européenne), afin que les agriculteurs des différents pays ne profitent pas d’un avantage concurrentiel dû au laxisme de leur gouvernement.

 

  1. Repenser notre mode de production
    • En développant les exploitations sans intrants chimiques de synthèse (engrais, produits phytosanitaires, antibiotiques) et de fourrages importés.
    • En interdisant les herbicides totaux, notamment le glyphosate, et les insecticides neurotoxiques, notamment les néonicotinoïdes tueurs d’abeilles, ainsi que les pesticides de synthèse et les biocides.
    • En interdisant l’utilisation des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans l’agriculture (culture et fourrage).
    • En visant 50% au minimum d’exploitations bio ainsi qu’une production indigène permettant 80% d’autosuffisance alimentaire d’ici 2030.
    • En soutenant la recherche scientifique et indépendante, ainsi que sa mise en application au niveau de la formation sur les techniques agricoles permettant d’améliorer la qualité des sols et de lutter contre les ravageurs.
    • En soutenant la création d’emplois agricoles rémunérateurs.
    • En soutenant un élevage respectueux de la qualité de vie et de l’intégrité des animaux.
    • En soutenant la transition vers une agriculture biologique par des formations continues.
  2. Revoir notre politique agricole
    • En veillant à une meilleure protection quantitative et qualitative des surfaces agricoles et particulièrement les sols les plus fertiles.
    • En enseignant l’agroécologie et l’agroforesterie en priorité dans le cadre des formations agricoles dans le canton.
    • En soutenant les réseaux écologiques restaurant la diversité paysagère et la biodiversité nécessaire au maintien d’une agriculture limitant les intrants chimiques.
    • En soutenant le maintien et la création d’infrastructures régionales de transformation (centres de tri des céréales, fromageries, abattoirs, boucheries, etc.).
    • En œuvrant au maintien, voire à l’augmentation du nombre d’exploitations agricoles.
    • En soutenant la reprise de domaines d’exploitation par les plus jeunes générations en simplifiant les charges administratives et en instituant une aide financière à la reprise et en diminuant les cas de démantèlement d’exploitations.
  3. Consommer des produits sains, locaux et de saison
    • En encourageant l’achat de produits bio et locaux, ainsi que les circuits courts (vente directe ou au marché).
    • En instaurant systématiquement des produits bio et locaux dans les cantines de l’administration cantonale, des écoles, crèches, hôpitaux et EMS.
    • En encourageant la création d’initiatives d’agriculture contractuelle de proximité.
    • En augmentant notre autonomie alimentaire par la diminution de la production animale et par l’augmentation de la production végétale.
    • En favorisant une politique cantonale envers les communes, pour qu’elles mettent gratuitement à disposition des terrains pour le développement de projets citoyens de cultures biologiques et visant à plus d’autosuffisance.
    • En luttant contre le gaspillage alimentaire.

 

Aménagement du territoire

 

Aménagement du territoire, biodiversité et mobilité sont étroitement liés. L’arrêt du mitage du territoire favorise les commerces et des services de proximité tout en réduisant les besoins en mobilité : la mobilité douce est favorisée et la qualité de vie s’en trouve améliorée. La biodiversité a quant à elle davantage d’espace. Un aménagement du territoire intelligent permet de préserver les terres agricoles, la forêt et le paysage, et de diminuer les frais d’entretien des routes et de l’éclairage public. Une meilleure cohabitation entre les activités humaines et la faune et la flore est ainsi favorisée. Les espaces verts dans les villes et les villages doivent être favorisés, et l’étalement des entreprises et des parkings réduits au maximum.

 

  1. Pour toutes les nouvelles constructions, il est primordial de
    • Exiger une application stricte de la Loi sur l’Aménagement du Territoire et de l’OAT.
    • Accélérer l’établissement des inventaires des objets protégés (paysages bocagers, géotopes, vergers haute-tige patrimoniaux, arbres remarquables, etc) pour une meilleure prise en compte de la protection de la biodiversité dans l’aménagement du territoire.
    • Réduire les zones à bâtir surdimensionnées.
    • Revoir les critères liés au plan d’aménagement en incluant des aspects de mobilité, d’éducation/garderie, d’énergie et de mixité sociale.
    • Créer des instances de médiation communales pour régler les oppositions et permettre la mise en place harmonieuse des plans d’aménagements locaux, des plans de zones, des plans spéciaux, etc.
    • Développer des instruments économiques incitatifs favorisant une utilisation économe du sol.
    • Promouvoir la mixité sociale, culturelle et intergénérationnelle au sein du territoire bâti.
    • Soutenir la création d’écoquartiers.
    • Densifier les villages et stopper l’étalement des constructions.
    • Inciter à la réduction de la construction de nouveaux parkings au plein air.
    • Elaborer les projets d’aménagement en concertation avec des spécialistes du vivant en imposant que le cahier des charges des concours intègre comme composantes du projet des critères de durabilité.
    • S’assurer du financement de la réalisation et de l’entretien d’aménagements végétalisés en suffisance.
    • Evaluer et proposer l’utilisation de bâtiments existants avant toute nouvelle construction.
  2. Pour les constructions existantes, nous demandons que des efforts soient faits pour
    • Revaloriser et promouvoir activement les centres anciens tout en préservant le patrimoine historique.
    • Promouvoir et soutenir une densification douce.
    • Encourager les communes à établir des plans directeurs communaux allant dans le sens d’un aménagement du territoire durable.
    • Encourager les communes à proposer des installations collectives écologiques (séchoirs solaires, fours solaires, congélateurs communs, pressoirs …).
    • Encourager à proximité des déchèteries des dépôts de matériel en très bon état que les anciens propriétaires souhaitent donner et qui pourrait être utile à d’autres personnes (réutilisation avant le recyclage).
    • Faire la promotion d’Espace Suisse et de son Atelier Village pour que leurs concepts puissent être pris en compte lors de la révision des plans d’aménagements locaux.
    • Prendre en compte la protection du patrimoine enfoui lors de l’établissement des plans d’aménagements locaux, des plans de zones, etc.
    • Assouplir les règlements permettant l’installation de panneaux solaires en toiture, principalement thermiques.
    • Promouvoir l’utilisation des espaces verts urbains et villageois pour créer du lien social (jeux, détente, jardins communautaires), éviter les îlots de chaleur et favoriser la biodiversité.
    • Soutenir les communes dans l’application de décisions de justice, lorsque des bâtiments doivent être démolis ou dans des cas d’abattage d’arbres ou de transformations illégales du patrimoine.
    • Créer un fonds permettant de réhabiliter les friches industrielles actuelles et les zones industrielles polluées et légiférer pour permettre leur assainissement.

 

Biodiversité

 

La biodiversité, c’est la vie ! Elle regroupe toutes les espèces de la planète. Des oiseaux aux champignons en passant par les mammifères, les plantes et les insectes, la biodiversité prend des couleurs et des formes tout aussi variées que belles ! C’est elle qui nous offre l’oxygène que nous respirons, le bois de nos maisons, les aliments de notre assiette. Elle est également sources d’inspiration pour de nombreuses technologies, elle permet de stocker le carbone dans le sol, de rafraîchir les villages et les villes et nous offre directement de nombreux médicaments. La diversité génétique est un gage de résilience face à un environnement en changement continu. Finalement, sa variété nous offre une mosaïque de paysages, des pâturages boisés des Franches-Montagnes à la plaine céréalière de la Vallée en passant par les vergers ajoulots, propre à forger le sentiment d’appartenance à notre canton.

 

  1. Améliorer les conditions-cadres permettant de protéger la biodiversité
    • En définissant au plus vite la stratégie cantonale pour la biodiversité permettant au canton du Jura de prendre un rôle de pionnier dans ce domaine.
    • En sensibilisant la population et les institutions communales et cantonales à l’importance de préserver la biodiversité.
  2. Préserver les cours d’eau
    • En mettant en œuvre le programme de renaturation des rivières jurassiennes et de leurs rives.
    • En procédant régulièrement à des analyses endocrinologiques, bactériologiques et chimiques pour assurer la qualité de l’eau des rivières et des nappes phréatiques.
    • En réduisant l’intensité des éclusées du Doubs et en construisant rapidement des passes à poissons sur les barrages existants.
    • En diminuant la charge en micro- et nano-polluants et des perturbateurs endocriniens dans les cours d’eau, essentiellement par des mesures limitant leur utilisation.
  3. Lutter contre les pollutions
    • En interdisant les produits dont la nocivité est avérée (pesticides de synthèse et biocides).
    • En appliquant un principe de précaution sur les produits dont la nocivité est soupçonnée.
    • En éliminant les causes des différentes formes de pollution et en prenant les mesures nécessaires contre les responsables (entreprises et privés).
    • En mettant en place des dispositifs pour limiter les pollutions lumineuses et sonores dans les espaces naturels et les zones habitées.
  4. Protéger la faune et la flore
    • En protéger la qualité paysagère des lieux emblématiques du canton et en favorisant un tourisme doux, non invasif, respectueux de son patrimoine culturel et naturel.
    • En assurant des corridors faunistiques permettant aux grands animaux (cerfs, loups, etc) de traverser le canton sans être perturbés.
    • En renforçant les moyens mis en œuvre pour lutter contre les espèces invasives.
    • En incitant les agriculteurs à mettre en place des structures favorables à la biodiversité (haies indigènes, murs en pierres sèches, vergers, bocages…).
    • En améliorant l’entretien et l’aménagement des réserves naturelles pour les espèces prioritaires afin de réduire l’impact lié à la présence humaine.
    • En augmentant la surface cantonale classée en réserve naturelle et en intégrant des spécialistes de la biodiversité dans la gestion de celles-ci.
    • En luttant pour des réglementations sur la chasse permettant une bonne protection des espèces.
  5. Protéger les forêts
    • En améliorant la qualité des sols forestiers.
    • En préparant la forêt aux changements à venir en anticipant le remplacement des essences.
    • En intensifiant la lutte contre les parasites des arbres au moyen de techniques et de produits naturels.
    • En jardinant la forêt de façon durable, sans coupes rases et en conservant les arbres remarquables, refuges de biodiversité et baume pour l’âme des usagers.
    • En favorisant l’utilisation des méthodes douces d’extraction du bois qui tassent au minimum les sols et ne nécessitent pas la création de chemins forestiers trop larges.

 

Climat

 

Le climat a été le grand thème de l’année 2019, repris par tous les partis politiques. Pourtant, seuls les Verts se battent depuis près de 40 ans pour éviter le dérèglement climatique et protéger l’environnement ainsi que la biodiversité. Après des décennies de déni ou d’indifférence, la population et une partie des politiques semblent avoir pris conscience de l’urgence climatique. Le climat et les milieux naturels doivent être protégés au travers de mesures radicales et urgentes liées à nos modes de consommation et de production. L’agriculture, l’aménagement du territoire, la mobilité ou l’industrie et le commerce sont autant de domaines à redéfinir. Notre paysage et notre nature sont un des atouts majeurs de notre région et représentent un potentiel d’évolution exceptionnel : prenons-en soin !

 

  • Adopter une politique climatique ambitieuse
    • En élaborant un plan climat cantonal qui servira de base pour toutes les décisions importantes.
    • En réduisant urgemment la consommation d’énergie dans tous les secteurs.
    • En créant un conseil de défense du climat.
    • En développant une stratégie permettant d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2030.
    • En créant un fonds pour le climat permettant de financer les rénovations énergétiques et des projets permettant d’améliorer l’efficacité énergétique.
    • En sortant rapidement des énergies fossiles (chauffage, mobilité, industrie) au profit d’un mix de différentes énergies renouvelables.
    • En créant un fonds de compensation et solidarité pour atténuer les effets socio-économiques des mesures d’adaptations et indemniser les victimes du dérèglement climatique.

Culture, arts et sport

 

« La culture nous rend résilients. Elle nous donne de l’espoir. Elle nous rappelle que nous ne sommes pas seuls. (Ernesto Ottone, Sous-Directeur général de l’UNESCO pour la culture).

 

La culture, les arts et le sport sont essentiels à la vie sociale et à la démocratie. Il faut donc promouvoir leurs infrastructures et soutenir leurs organismes, ainsi que sensibiliser à l’importance du patrimoine, en valorisant la contribution à la société des acteurs culturels et sportifs.

 

  1. Valoriser et pérenniser les organismes en place
    • En garantissant une réalisation écologiquement compatible et économiquement raisonnable de projets culturels et sportifs pour le Jura.
    • En garantissant la réalisation et le fonctionnement des projets culturels et patrimoniaux majeurs pour le canton du Jura, tels que le Centre de recherche et de conservation des collections archéologiques, paléontologiques et des sciences naturelles et le Théâtre du Jura.
    • En promouvant les organisations actives dans la diffusion des musiques et des arts.
    • En reconnaissant l’importance des musées situés sur territoire cantonal, essentiels à la mise en valeur, au rayonnement de la culture et du patrimoine jurassiens, en favorisant leurs interactions, en garantissant leur fonctionnement, et en mettant tout en œuvre afin de permettre leur développement.
    • En appuyant les organisations impliquées dans la sauvegarde des cinémas locaux.
    • En soutenant les institutions et organisations à but non lucratif assurant des formations de base dans les diverses disciplines artistiques et sportives. Les subventions cantonales sont régies par un concept pour la gestion de manifestations basées sur le développement durable.
    • En garantissant la sauvegarde de notre patrimoine paléontologique, archéologique et en soutenant toutes les associations bénévoles actives dans la protection, la valorisation (ex. châteaux) et la vulgarisation du patrimoine.
    • En améliorant l’enseignement et le développement des activités culturelles et sportives en milieu scolaire.
    • En améliorant la reconnaissance professionnelle et la sécurité sociale des acteurs de la culture.
  2. Démocratiser la culture, les arts et le sport
    • En promouvant l’accès de tous aux prestations culturelles, artistiques et sportives à des prix abordables.
    • En assurant que des lieux de culture alternative comme il en existe plusieurs dans notre canton qui ne disposent pas de moyens financiers importants puissent subsister et se développer.
    • En soutenant la reprise de bâtiments désaffectés par des groupes et collectivités à but culturel.

 

Démocratie, droits fondamentaux, service public et médias

 

La participation des citoyens à la gestion des affaires publiques est essentielle. Nous voulons permettre une information objective de la population au moyen d’une communication claire et de qualité, et concrétiser le principe de transparence auquel doit être soumis l’État envers ses citoyens. Nous voulons réaffirmer les droits des citoyens et rétablir l’équilibre des pouvoirs en faveur de la population.

 

  1. Créer une loi assurant la transparence du financement des partis politiques
  2. Garantir la gratuité des procédures de conciliation et d’opposition opposant l’État aux individus
  3. Protéger les lanceurs d’alerte. Celles et ceux qui dénoncent des dysfonctionnements graves et de la maltraitance doivent être protégés
  4. Assurer une offre de services publics décentralisés (administration, police, postes, etc.)
    • Les biens vitaux tels que l’eau, l’énergie, la formation, la santé, mais aussi les transports publics, la Poste et les communications, la sécurité sociale ou les infrastructures techniques doivent être planifiés et financés par l’Etat.
  5. Systématiser le principe des conférences citoyennes préalables aux projets publics d’importance
  6. Redéfinir le système de nomination des magistrats
  7. Garantir une diffusion libre et sûre de l’information:
    • En garantissant un accès universel et neutre à internet.
    • En préservant les droits des usagers au respect de leur sphère privée.
    • En favorisant l’utilisation des logiciels libres et/ou à code source ouvert (open source), dans l’administration cantonale et les écoles.
    • En soutenant la presse et les médias régionaux et en encourageant la création de nouveaux médias.
  8. Introduire la motion populaire permettant à un groupe de citoyens de faire une proposition au Parlement jurassien
  9. Rendre accessibles les données publiques
    • En mettant gratuitement à disposition du public, dans des formats ouverts, toutes les données produites par les administrations et les institutions dépendantes d’administrations qui ont été́ financées avec de l’argent public et qui ne sont pas protégées par des droits de tiers.
    • En reconnaissant comme biens communs, librement accessibles, la recherche et les résultats de la formation financée par la collectivité́.
  10. Garantir le maintien des droits fondamentaux et démocratique, également en temps de crise
  11. Défendre la possibilité du transfert de Moutier dans le canton du Jura et le cas échéant, accueillir Moutier dans les meilleures conditions

 

Economie

 

L’économie doit être au service de la population, et non le contraire. Pour cela, nous voulons une économie qui soutienne les entreprises jurassiennes actives dans la production de biens et services durables, respectueuses de l’environnement et de leur personnel. L’Etat a un rôle capital à jouer dans le fonctionnement de l’économie, la crise du coronavirus nous l’a montré. En réorientant ses investissements et en mettant en place une fiscalité équitable et redistributive, l’Etat peut contribuer significativement à une économie plus saine et plus sociale.

 

  1. Soutenir les entreprises jurassiennes respectueuses de l’environnement et de leur personnel
    • En favorisant la fabrication de produits durables à usage local.
    • En veillant à la diversification du tissu économique du canton.
    • En soutenant les dépenses de proximité par la voie d’un système de monnaie locale ou complémentaire d’une monnaie locale citoyenne, indépendante des marchés financiers.
    • En favorisant l’agritourisme et le tourisme de proximité.
  2. Revoir le rôle de l’Etat dans l’économie 
    • En reconsidérant l’ensemble du dispositif d’économie Optima.
    • En réorientant les investissements de la BCJ, de la caisse de compensation et de la caisse de pension dans des entreprises locales qui pratiquent des activités durables.
    • En arrêtant les investissements de ces mêmes institutions dans le nucléaire, le les énergies fossiles et l’armement.
    • En renforçant le poids des critères de développement durable, de la distance de déplacement et de l’égalité hommes-femmes dans les marchés publics.
    • En convoquant un audit citoyen de la dette jurassienne.
    • En instaurant un revenu de base inconditionnel.
    • En instaurant un revenu de transition écologique, qui oriente les personnes dans des activités innovantes, liées à cette transition (agroécologie, énergies renouvelables, écomobilité, etc.).
    • En incitant les institutions de chômage à proposer aux chômeurs davantage de formations allant dans le sens de la transition écologique.
  3. Renforcer et développer l’économie résidentielle
    • En favorisant la reprise du contrôle et de la gestion des réseaux de distributions de l’énergie et de communication (fibre optique) par les communes et/ou le canton.
    • En créant et soutenant le développement de tiers-lieux.
    • En supprimant les publicités commerciales dans l’espace public.
    • En introduisant des allocations de résidences pour les pendulaires venant travailler dans le Jura et en menant des campagnes de promotion d’établissement.

 

Fiscalité

 

L’enjeu de la législature à venir sera de concilier la baisse des recettes fiscales du Canton – causées par la réforme de l’imposition des entreprises et par la baisse fiscale linéaire – avec les prestations étatiques que nous voulons garantir et le financement des mesures nécessaires à la transition écologique que nous devrons mener. L’imposition doit être plus écologique et permettre d’inciter à un changement de nos habitudes pour favoriser les comportements et modes de consommation plus responsables. Elle doit aussi être plus équitable socialement en tenant mieux compte des capacités financières de chacun et en rééquilibrant les charges pesant sur le revenu du travail d’une part et celui du capital d’autre part.

 

  • Adapter le système fiscal
    • En mettant en place une fiscalité progressive et redistributive.
    • En réinstaurant le palier supérieur d’imposition.
    • En taxant l’énergie grise et les ressources non renouvelables.
    • En combattant l’évasion fiscale des personnes physiques et morales (multinationales).
    • En luttant contre la concurrence fiscale intercantonale et intercommunale.
    • En mettant en place l’imposition individuelle et non plus basée sur les ménages.
    • En généralisant l’imposition à la source pour empêcher l’engrenage de l’endettement.
    • En développant une imposition de l’économie virtuelle.
    • En soutenant l’instauration de la micro-taxe sur les transactions financières à hauteur de 0.01%.
    • En créant un impôt exceptionnel d’urgence climatique sur la fortune.

 

Formation et recherche

 

Dans le domaine de la recherche, nous refusons la tendance à privatiser le savoir et à miser sur le seul intérêt économique à court terme. Dans le canton du Jura, les collaborations autour de projets communs de formation et de recherche doivent se poursuivre et s’intensifier.

 

En ce qui concerne la formation, nous soutenons un système éducatif holistique, diversifié, intégrateur et basé sur la collaboration et l’entraide plutôt que sur la concurrence. Il faut revaloriser la voie de la formation professionnelle, avec la maturité professionnelle et les Hautes Ecoles, pour la considérer comme équivalente à la voie académique. En outre, la formation doit être continue et ne pas s’arrêter à l’acquisition d’un diplôme.

  • Améliorer l’enseignement et la formation
    • En orientant l’enseignement à l’école de manière à réduire les inégalités et les stéréotypes.
    • En encourageant le développement des classes à degrés multiples.
    • En garantissant des effectifs raisonnables dans les classes jurassiennes.
    • En soutenant et en étendant les formations bilingues (français/allemand) dès le plus jeune âge.
    • En développant des formations pour les enseignants afin de mieux soutenir les jeunes en difficulté.
    • En renforçant l’aide à la recherche de places d’apprentissage en entreprise.
    • En instaurant une période par semaine d’enseignement du développement durable, de l’urgence climatique et de l’éducation citoyenne pendant la scolarité obligatoire et postobligatoire.
    • En instaurant un cours d’empathie, de confiance en soi et de communication non-violente pendant toute la scolarité obligatoire à raison d’une période par semaine.
    • En garantissant une insertion en formation professionnelle type AFP (attestation fédérale de formation professionnelle) pour les élèves en difficulté.
    • En sensibilisant très tôt les jeunes aux risques liés à leur image virtuelle.
    • En soutenant la formation initiale, mais également la formation continue et la réorientation professionnelle.
    • En promouvant le caractère éducatif de la pratique du sport chez les enfants et les adolescents.
    • En promouvant les métiers en lien avec le développement durable dans l’orientation.
    • En soutenant plus fortement encore l’enseignement dans la nature pendant toute la scolarité.

 

Jeunesse

 

Chaque phase de la vie comporte ses défis et ses chances. Une des principales tâches du développement de l’adolescence et du jeune âge adulte est la scolarité et la formation post-obligatoire. L’école doit être aussi intégrative et inclusive que possible et lutter contre les discriminations. Des offres appropriées doivent permettre aux élèves en difficulté de s’intégrer dans la vie professionnelle. Des places d’apprentissage en suffisance garantissent aux jeunes de pouvoir se former et aux entreprises d’assurer leur relève. Le jeune âge adulte est aussi la phase d’intégration dans la vie sociale et politique. L’utilisation des nouvelles technologies représente un défi en terme d’image publique et de protection des données.

 

  • Améliorer l’intégration à la vie sociale et politique
    • En instaurant le droit de vote à 16 ans.
    • En maintenant et en renforçant le poste de délégué interjurassien à la jeunesse.
    • En promouvant l’animation socioculturelle hors-murs.
    • En soutenant les projets permettant une année de transition pour les jeunes sortis de l’école obligatoire, en rupture ou sans projet.

 

Justice sociale et vivre ensemble

 

Nous voulons une société solidaire où chacun dispose des mêmes droits et est respecté dans la différence. Au niveau cantonal, nous souhaitons concrétiser l’égalité des chances à tous les niveaux, familial, professionnel et personnel, dans l’esprit d’ouverture à l’autre et sur le monde qui fait la fierté des Jurassiennes et Jurassiens.

 

  1. Mener une politique familiale cohérente avec les modes de vie actuels
    • En créant des structures d’accueil de la petite enfance en suffisance.
    • En apportant un soutien financier aux familles monoparentales qui en ont besoin.
    • En généralisant le congé parental pour hommes et femmes, également en cas d’adoption.
    • En permettant la réinsertion professionnelle des parents qui ont dû quitter le monde du travail pour l’éducation des enfants.
    • En favorisant la flexibilisation et la réduction du temps de travail, tant pour les femmes que pour les hommes.
    • En œuvrant pour que les autorités cantonales se positionnent en faveur du mariage pour tous.
    • En créant les conditions-cadres pour que les parents puissent davantage s’impliquer dans l’éducation de leurs enfants, en créant des postes à temps partiel, y compris pour les hommes ainsi que pour les postes à responsabilités.
  2. Garantir l’égalité pour tous
    • En luttant contre les discriminations (en raison du genre, de l’orientation sexuelle, de l’origine, des croyances religieuses).
    • En luttant contre les inégalités salariales en promouvant des salaires égaux entre hommes et femmes, mais aussi en revalorisant les métiers mal rémunérés (vente, soins, nettoyage…).
    • En instaurant plus de transparence, notamment sur les salaires.
    • En favorisant l’accès des femmes et des minorités aux postes à responsabilités.
    • En promouvant la répartition des tâches domestiques.
    • En veillant au respect du salaire minimum jurassien dans toutes les branches économiques.
    • En intégrant les personnes handicapées.
    • En concrétisant l’aire d’accueil pour les gens du voyage non Suisses à Delémont.
    • En appliquant la législation sur les étrangers avec pragmatisme et sensibilité.
    • En créant une structure d’accueil et de formation mixte pour hommes et femmes migrants.
    • En facilitant la régularisation des sans-papiers qui ont un emploi.
  3. Axer la politique cantonale de sécurité sur la prévention et renforcer sa portée éducative
    • Par une police décentralisée et ouverte au dialogue.
    • Par l’intensification du travail de prévention.
    • Par la possibilité d’offrir des places de travail d’intérêt général dans l’administration et par la sensibilisation de l’économie privée.

 

Mobilité

La mobilité doit être respectueuse de l’environnement et de l’humain, tant par son emprise sur le territoire que par les émissions nuisibles de CO2 qu’elle occasionne. Afin de permettre une mobilité conforme à nos valeurs, nous voulons favoriser les modes de transports les plus efficients possibles, c’est-à-dire la mobilité douce et les transports publics. Les solutions permettant d’éviter un maximum de déplacements doivent être privilégiées.

 

  1. Maintenir et développer l’offre de transports publics pour en faire une alternative avantageuse par rapport à la mobilité individuelle, tant pour les déplacements professionnels que privés ou de loisirs
    • En améliorant la qualité des correspondances avec les autres régions mais également entre les trois districts jurassiens.
    • En développant l’offre de transports publics nocturnes, également en semaine.
    • En introduisant la gratuité des transports publics pour les jeunes.
    • En améliorant les infrastructures pour permettre le travail en transports publics.
    • En privilégiant les transports publics pour les déplacements des élus et des membres de l’administration dans le cadre de leurs fonctions.
    • En soutenant le covoiturage et l’auto-stop.
    • En allouant des subsides aux personnes à faibles revenus pour leur permettre d’acquérir un abonnement pour les transports publics.
    • En modifiant les taxes véhicules de manière à ce que ceux qui émettent peu de CO2 soient favorisées par rapport à ceux qui en émettent beaucoup.
  2. Promouvoir la mobilité douce et multimodale
    • En améliorant le réseau de pistes cyclables pour permettre que les déplacements de moins de 10 km puissent être effectués en toute sécurité.
    • En développant les infrastructures cyclistes dans les agglomérations (parcs, signalisation, voies cyclables).
    • En favorisant la mobilité douce (modération du trafic, zones 30, zones de rencontre, chemins piétons).
    • En soutenant un système de location de vélos en libre-service sur l’ensemble du canton.
    • En renonçant à l’avion comme moyen de transport pour les déplacements dans le cadre scolaire.
    • En sensibilisant la population jurassienne à l’impact négatif des vols d’agrément.
  3. Réduire les besoins de mobilité professionnelle 
    • En pérennisant et développant le travail à domicile dans l’administration et dans le privé.
    • En généralisant les plans de mobilité d’entreprise.

 

Ressources

 

La plupart des ressources, que ce soit l’eau, les matières premières ou l’énergie, sont limitées. L’usage qu’on en fait influence notre empreinte écologique. Nous devons donc utiliser ces ressources de manière parcimonieuse. Pour cela, il est urgent de mettre en place la stratégie des 5 R : renoncer à certains objets ou emballages, réduire notre consommation, réparer les objets qui peuvent l’être, réutiliser plutôt que de jeter et recycler les objets ne pouvant plus être réparés. Cette évolution doit se faire à plusieurs niveaux : au niveau individuel par des changements de comportement de consommation, au niveau industriel par le développement de l’économie circulaire et au niveau collectif dans les communes et le canton. Ces efforts peuvent être encouragés de diverses manières en rendant une utilisation économe des ressources plus attractive.

  • Utiliser les ressources de manière parcimonieuse
    • En mettant en place une utilisation exemplaire des ressources dans l’administration cantonale en termes d’énergie, de matériel et de mobilité.
    • En réduisant le plastique à usage unique.
    • En luttant contre le suremballage et en soutenant les initiatives de vente en vrac et le système de consignes.
    • En sensibilisant la population à la valeur de l’eau et aux possibilités de l’économiser.
    • En privilégiant une économie circulaire qui réutilise et recycle au lieu de jeter
    • En mettant en place une politique visant une utilisation réfléchie des matériaux de construction en prenant en compte les énergies grises dans toute nouvelle construction.
    • En promouvant l’utilisation des matières premières recyclées ou naturelles afin de minimiser l’impact sur nos ressources.
    • En visant une société low tech, au lieu de toujours plus de robotisation dans nos vies.

Santé

 

Une véritable démocratie se doit de mettre en place un système de santé accessible à tous sans discriminations, efficace, axé sur la prévention, sous le contrôle de l’Etat, sans notion de concurrence entre fournisseur∙e∙s de soins ni de profits financiers.

Les coûts croissants des primes de caisse maladie sont un problème important surtout pour les petits revenus, qu’il s’agit de contenir vigoureusement, afin que personne ne doive renoncer à des soins à cause des coûts. L’offre de services de qualité est plus compliquée à assurer dans une région rurale. Pour cela, nous devons soutenir la création de centres médico-sociaux, ou de centres de santé dans les grands villages pour compléter l’offre actuelle en activités pointues. Une meilleure coordination des prises en charge par les médecins traitants permettra de gagner en efficacité et d’éviter les examens à double et les traitements inefficaces. Une vraie politique de prévention et de promotion de la santé permet d’éviter ou de retarder l’apparition de maladies. 

 

  1. Repenser le financement des soins
    • En créant une caisse maladie publique cantonale avec des primes en fonction du revenu.
    • En faisant adopter l’initiative « Pour des primes d’assurance maladie plafonnées à 10% du revenu du ménage » puis assurer sa mise en œuvre.
    • En améliorant la coordination des soins et l’accompagnement des patients dans une vision cohérente de la prise en charge (dossier électronique du patient).
    • En exigeant la transparence en matière de salaires des cadres hospitaliers.
    • En ouvrant le conseil d’administration de l’HJU aux représentant∙e∙s des patient∙e∙s et du personnel.
    • En renégociant la valeur du point Tarmed dans le canton.
    • En revalorisant les professions paramédicales par des augmentations de salaire et des conditions de travail correctes.
    • En encourageant la formation du personnel paramédical pour assurer la relève.
    • En indemnisant adéquatement les proches aidants.
  2. Améliorer la prise en charge des patients
    • En assurant des prestations de prise en charge d’urgence par un système de garde dans chacun des trois districts (sous forme de centres médico-sociaux).
    • En associant les médecins praticiens et l’ensemble du personnel paramédical à la mise en place des soins de base pour toutes et tous et à la promotion de la santé.
    • En promouvant la relève du personnel médico-infirmier et en garantissant des conditions attractives pour tout le personnel du système de santé.
    • En soutenant des approches permettant une meilleure prise en charge des personnes atteintes dans leur santé mentale et en établissant une stratégie de prévention dans ce domaine, en particulier la prévention du suicide.
    • En promouvant les médecines complémentaires dans les soins de base et au sein du corps médical.
    • En soutenant les groupes d’entraide et le soutien par les pairs aidants comme compléments au système médical classique.
    • En assurant la disponibilité d’interprètes communautaires dans les centres médico-sociaux.
  3. Réorienter les structures de soins
    • En renonçant à la construction d’un nouvel hôpital.
    • En développant les soins à domicile.
  4. Mettre l’accent sur la prévention et la promotion de la santé
    • En développant des programmes de santé au travail, dans le secteur public comme dans le secteur privé.
    • En renforçant la prévention secondaire et tertiaire des maladies chroniques.
    • En luttant contre la « malbouffe » et en promouvant une bonne hygiène alimentaire avec un maximum de produits bios.
    • En renforçant la prévention contre les dépendances (alcool, tabac, internet etc.).

 

Seniors

 

Par leurs connaissances et leur disponibilité, les seniors représentent un réel atout pour la société. Notre canton doit leur donner la possibilité d’exprimer leurs besoins et trouver des solutions qui répondent au mieux à leurs attentes. Notre capacité à les protéger (crise Covid-19) doit être maintenue et la mixité intergénérationnelle développée.

 

  1. Mieux intégrer les seniors
    • En valorisant leur engagement actif dans la société et en développant des formes d’habitats et de lieux de rencontres multigénérationnels.
    • En soutenant une politique cantonale attentive aux besoins des personnes des troisième et quatrième âges, notamment au travers d’un système d’adaptation des retraites au coût de la vie.
  2. Les protéger
    • En favorisant au maximum le maintien chez elles des personnes âgées en développant les soins à domicile, les appartements adaptés, les subventions aux logements, les transports publics, etc.
    • En renforçant la prévention et la promotion de la santé.
    • En assurant une meilleure écoute des résidents et de leurs familles dans la gestion des EMS.
    • En intensifiant les contacts de l’administration cantonale avec les EMS, suite au manque d’informations lors de la crise de la COVID-19.

 

Transition énergétique

 

Nous voulons améliorer l’efficience énergétique de notre société. La sortie du nucléaire et la réduction des émissions de gaz à effets de serre doivent être concrétisés rapidement tout en préservant l’environnement. Pour atteindre ce but, nous devons en priorité réduire de manière conséquente la consommation énergétique, et dans un deuxième temps produire l’énergie renouvelable indigène nécessaire.

 

  1. Réduire la consommation énergétique cantonale pour atteindre les objectifs d’une société à 2’000 watts 
    • Par l’intensification de l’amélioration énergétique des bâtiments.
    • Par de meilleurs encouragements à assainir les bâtiments et systèmes de chauffage.
    • Par l’étude de la consommation énergétique de l’administration cantonale et la définition de mesures pour la rendre plus efficace.
  2. Viser l’objectif « zéro carbone » et soutenir une production et une distribution d’énergie renouvelable (solaire, éolienne, hydraulique, géothermique, bois, biomasse) en mains publiques
    • Décentralisée.
    • Pensée et développée en collaboration avec la population.
    • Non spéculative.
  3. Mettre en place des systèmes permettant la mutualisation énergétique en matière de production et de consommation d’énergie
    • En créant un fonds cantonal permettant de prêter de l’argent sans intérêt à des projets citoyens dans le domaine de l’énergie.
    • En développant des réseaux de chauffage à distance.
    • En promouvant les systèmes de stockage de l’énergie produite localement.
  4. Agir partout où l’État a une influence pour cesser les investissements dans les énergies polluantes et orienter vers la finance durable
  5. Renoncer au nucléaire et aux énergies fossiles (canton et communes)

 

Les Vert∙e∙s jurassien∙ne∙s – le 31 août 2020