Fiche hydraulique, résumé de la position des Verts


Warning: Illegal string offset 'filter' in /home/clients/fd8e35f68e627d052e1108f015227e36/web/site-2015-today/wp-includes/taxonomy.php on line 1372

Le Parlement jurassien a approuvé, en juin dernier, la fiche 5.10 du Plan directeur, soit la fiche hydraulique. Christophe Terrier, dans son intervention à la tribune a rappelé la position des Verts jurassiens sur le sujet. 

La fiche 5.10 telle que présentée aujourd’hui est le fruit d’une réflexion que nous qualifions de saine. La base méthodologique, reprise des recommandations de l’office de l’environnement fédéral, jauge la faisabilité technique d’une exploitation hydraulique ainsi que les besoins écologiques des cours d’eau. Des critères pertinents ont donc été pris en compte et évalués et il en résulte, par pondération de ces différents critères, une image cartographiée de l’exploitation hydraulique future sur le territoire cantonal. Il est à noter que cette pondération entre critères écologiques et critères technico-économiques ne révèle pas de trop grandes distorsions, ne favorisant ni ne défavorisant trop l’un ou l’autre de ces aspects.

Comme l’a expliqué le président de notre commission, cette méthode a mené à classer les cours d’eau jurassiens en 4 différentes catégories d’exploitation, dont une catégorie où l’exploitation est exclue. Mais pour des raisons politiques et économiques, il a été décidé d’amener un régime d’exception à la catégorie où l’exploitation hydraulique est exclue, donc d’amener une exception à une bonne méthodologie afin d’autoriser la production électrique de seuils hydrauliques existants. Donc l’écologie va se ranger gentiment derrière des considérations purement économiques et potentiellement en subir les frais. A quoi bon définir une méthodologie si au final on s’autorise ce que l’on veut ?

Cet état de fait met donc en lumière les priorités du Gouvernement. Autoriser le turbinage sur le Doubs pour quelques GWh de plus alors que cette rivière est dans un état pitoyable, c’est rajouter encore quelques paramètres supplémentaires à la multitude qui péjorent déjà son état de santé. Les scientifiques qui gèrent la problématique du Doubs vous remercieront d’avoir rehaussé le challenge. Pourtant notre cher ministre que je pense être fort conscient des méthodologies des systèmes qualité doit savoir que le Doubs ne semble pourtant pas répondre au principe de Pareto.

Nous jugeons donc que les priorités ne sont pas les bonnes. Nous ne combattons pas la remise en exploitation d’anciens seuils, mais cette action doit être réalisée seulement une fois que le Doubs montre des signes de rémission. Mettons tout en œuvre pour améliorer d’abord la santé du Doubs et c’est pour cela que nous proposerons dans la discussion de détail qu’au minimum la migration piscicole soit rétablie dans les meilleurs délais.

Notons qu’avec la vigilance de quelques commissaires, le département de l’environnement a été invité à mettre sur un pied d’égalité toutes les exceptions à la catégorie où l’exploitation hydraulique est exclue. Car sans le rajout qui vous est proposé au principe d’aménagement 1, les anciens seuils autres que Moulin du Doubs et Bellefontaine n’auraient pas été soumis aux conditions strictes définies par le principe d’aménagement 4.

Le groupe Verts et CS-POP se montre favorable à la fiche 5.10 pour autant que nos cours d’eau ne soient pas sacrifiés sur l’autel de la rentabilité économique et de la production énergétique.

Share Button