Fausses pastilles d’iode mais vrai souci cinq ans après Fukushima


Warning: Illegal string offset 'filter' in /home/clients/fd8e35f68e627d052e1108f015227e36/web/site-2015-today/wp-includes/taxonomy.php on line 1409

20160311_071021_resizedDes membres de l’AJUNN (Association jurassienne non au nucléaire) – dont font partie des Verts – se sont mobilisés ce 11 mars, cinquième anniversaire de la catastrophe de Fukushima, pour distribuer des fausses pastilles d’iode à la gare de Delémont. De simples bonbons dont l’emballage rappelle que voter OUI à l’arrêt programmé des centrales protège mieux des risques du nucléaire que des pastilles d’iode.

La « sortie du nucléaire », annoncée il y a cinq ans dans la foulée de la catastrophe de Fukushima, a été largement vidée de son sens. Le Parlement fédéral a décidé de ne pas fixer de limite pour la durée d’exploitation des réacteurs nucléaires suisses, et de ne pas augmenter les marges de sécurité. « Avec ces décisions il semble clair que pour les autorités du pays, les intérêts financiers des exploitants des centrales pèsent plus que la sécurité de la population », déclare Christian van Singer, vice-président de l’Alliance  « Sortons du nucléaire ». À l’heure actuelle, la seule solution pour réduire les risques et imposer une limite à la durée d’exploitation des centrales suisses consiste à voter OUI à l’initiative « Pour une sortie programmée du nucléaire » qui sera mis au vote en septembre ou en novembre 2016.
 
Pour l’AJUNN, il est inquiétant de voir que la Suisse laisse vieillir sans limites ses centrales, alors que nous savons que deux d’entre elles au moins ne correspondent pas aux normes minimales de sécurité d’aujourd’hui.
 
 
Plus d’informations: AJUNN – ajunn@bluewin.ch
Devenez membre de Sortir du Nucléaire Suisse romande (cotisation : 5 CHF à 500 CHF par an) : http://www.sortirdunucleaire.ch
 

Share Button