Rien ne justifie un deuxième tube au Gothard


Warning: Illegal string offset 'filter' in /home/clients/fd8e35f68e627d052e1108f015227e36/web/site-2015-today/wp-includes/taxonomy.php on line 1372

Aucun argument ne justifie cet investissement pharaonique. Deux problématiques sont souvent évoquées pour plaider en faveur du deuxième tube : la gestion du volume et la sécurité. Or le trafic est stable et la technologie fait de grands progrès…

On pourrait penser que l’évolution du trafic au Gothard est en pleine expansion. Faux, depuis vingt ans, le trafic est stable et il va probablement diminuer dans le futur. La mise en service du tunnel ferroviaire du Gothard, en juin de cette année, va contribuer à cette diminution. Des 17’000 véhicules motorisés qui passent chaque jour le tunnel actuellement, en moyenne 13 à 15 % sont des camions qui transitent du nord au sud, et ils prennent entre 30 à 40% de la place sur la route! Si le Conseil fédéral applique la loi sur le trafic poids lourds à travers les Alpes, dans deux ans, nous devrions passer annuellement de 1’100’000 à 650’000 camions. 75% de ceux-ci empruntant le Gothard, il y aura davantage de place pour le trafic régional.

Le Conseil fédéral justifié ainsi sa décision : la rénovation du tunnel est prioritaire. Une étude de l’OFROU indique pourtant clairement que les travaux peuvent attendre 2035. Sans être un expert, on peut dire qu’au cours des années la sécurité des véhicules va évoluer. Des systèmes anticollision seront installés à bord des voitures et des camions. La tendance actuelle est déjà à une diminution des accidents mortels. Des portails détectent déjà la surchauffe des camions.

Autre argument avancé en faveur du deuxième tube : le Tessin doit rester relié à la Suisse pendant la rénovation. Mais le Tessin aura toujours accès à la Suisse : le tout nouveau tunnel ferroviaire qui a coûté 17 milliards mérite d’être utilisé et il aura une capacité suffisante pour assurer le ferroutage des voitures et des camions.

Si nous arrivons à dire NON au deuxième tube, la rénovation se fera à des coûts nettement moins élevés. Cerise sur le gâteau, en refusant ce deuxième tube nous pouvons espérer un nouveau comportement des usagers de la route, qui feront une plus large part aux transports publics. La pollution de l’air diminuera, surtout au Tessin où elle est actuellement la plus élevée de Suisse.

 

Visionner les arguments sous forme de vidéo

 

Share Button