Géothermie profonde dans le Jura : restons vigilants!


Warning: Illegal string offset 'filter' in /home/clients/fd8e35f68e627d052e1108f015227e36/web/site-2015-today/wp-includes/taxonomy.php on line 1372

Géothermie profonde, il faut plus de garanties…

A propos de pollution…

Une nappe de pollution qui s’étend inexorablement depuis des dizaines d’années de son lieu d’émission. Une centrale géothermique, qui, si elle fonctionne comme prévu, aura une durée d’exploitation de plus de 60 ans. Une zone forée, donc un terrain qui sera maltraité, de la chaleur véhiculée par le forage qui peut altérer la consistance de la mollasse. Et on nous assure une garantie à 100%.

Je reviens d’une visite des laboratoires du Mont-Terri, où l’on essaye de piéger des substances bien moins mobiles dans un matériau bien moins maltraité, et bien croyez-moi, j’ai de la peine à croire la garantie que donne Géoénergie à travers notre gouvernement.

D’ailleurs la décharge de Bonfol fut créée en l’état des connaissances scientifiques de l’époque – entendu de la bouche d’un responsable bâlois lors de la visite de notre groupe parlementaire à Bonfol. Elle a fuit.

Les déchets radioactifs allemands déposés dans les mines de sels à Asse ne devaient pas entrer en contact avec de l’eau… Ils prennent l’eau… et les responsables nucléaires allemands nagent.

Et je vais vous épargner une liste interminable de phénomènes qui n’auraient jamais dus se produire, car on ne les a pas imaginés ou sous-estimés. Prendre en compte le risque n’est pas de garantir que rien n’arrivera, mais c’est de parer au pire.

On nous assure que la technique envisagée pour éviter toute pollution est au point… Je préfère envisager l’éventualité un peu plus pessimiste, mais scientifiquement tellement plus logique, que la solution préconisée n’est pas sûre à 100%. Seule l’absence de pollution est une garantie à 100% que rien ne s’infiltrera dans une nappe, mais la dépollution totale de la zone est inenvisagée ou inenvisageable nous dit-on.

Il est donc indispensable de préserver une zone autour du puits où un monitorage de la pollution ainsi qu’intervention sera possible. Je ne pense pas que les coûts de cette exigence soit si démesurés par rapport au reste du projet.

Et si je me permets une digression,

Qu’en est-il pour l’entreprise d’enrobé bitumineux qui s’installera à côté? Quel sera le sort réservé à cette entreprise par rapport à la pollution?

En ce qui concerne les nuisances générées…

Laissez-moi exprimer ici un mélange de satisfaction et de déception.

Le projet de centrale à ses débuts ne prévoyait aucun réseau de distribution de chaleur bien que le plan directeur cantonal semble imposer quelqu’étude en ce sens lors de tels investigations. Lors de la séance d’information de janvier, il a été articulé qu’un tel projet devrait être mené, par exemple, par les autorités communales de Haute-Sorne. À ma satisfaction, ce projet sera étudié par les promoteurs. Il est pour moi inconcevable de ne rien proposer aux habitants de la région où le projet sera implanté à l’exception des nuisances qu’il produira. J’espère que les autorités communales de Haute-Sorne pourront faire un usage judicieux d’une telle étude et surtout de la mettre en œuvre pour le bénéfice de la collectivité.

Comme le dit l’adage : externalisation des nuisances, privatisation des bénéfices… La population de Haute-Sorne n’a pas à accepter uniquement les nuisances. À chacun des propriétaires immobilier de Berlincourt, Glovelier et Bassecourt qui verront une fissure ici ou là dans leur bâtiment, ce n’est pas une piscine communale payée avec des redevances qu’il faut proposer, mais il faut leur donner la possibilité de s’occuper de leur bâtiment, de les revaloriser et de les aider à réduire leurs investissements lors du remplacement de leur installation de chauffage par un réseau de distribution de chaleur, par exemple.

Je peux aussi entrevoir que certaines redevances, allouées à un programme de rénovation énergétique, permettent une revalorisation de l’habitat qui sera, j’en suis certain, prétérité par la microsismicité latente de ce projet.

Autre point important. La technologie pétrothermale que Geoenergie tente de développer en Haute-Sorne a ceci d’innovant qu’elle cherche à exploiter la chaleur d’une couche géologique qui s’appelle « le socle », et ce socle est présent partout en Suisse. Cette technologie repose donc sur une mine d’or d’un point de vue de la vente de licences technologiques. J’ose espérer que le canton du Jura et la commune de Haute-Sorne en sont conscients. Et j’ose espérer aussi que la déclaration d’intention qui est en pourparler prendra en compte cet aspect non-négligeable de ce projet.

Pour terminer…

En plus d’un traitement adéquat de la pollution du terrain, il me semble qu’exiger des redevances sur des licences technologiques, exiger des parts gratuitement dans la société ainsi que d’exploiter la chaleur ainsi produite pour la collectivité est le minimum que l’on puisse faire dans le cadre d’un tel projet, car rappelons que si le projet échoue, le 60% de l’investissement, lui, sera couvert indirectement par nous tous, en accord avec la loi sur l’énergie. Exigeons cela… la société Géoénergie n’a pas hésité à mettre plusieurs sites en concurrence pour aller vite et obtenir un maximum d’avantages en imposant une feuille de route sur laquelle tous les nids de poule ne pouvaient pas être remblayés.

Share Button