L’épargne logement


Warning: Illegal string offset 'filter' in /home/clients/fd8e35f68e627d052e1108f015227e36/web/site-2015-today/wp-includes/taxonomy.php on line 1372

L’épargne-logement n’aide pas ceux qui en auraient besoin. L’initiative permet avant tout aux personnes aisées d’obtenir des réductions d’impôts qui devront être compensées par toute la collectivité.

L’épargne-logement avantage les personnes gagnant bien leur vie, alors que celles-ci ont de toute façon les moyens s’offrir la propriété de leur logement même sans mesures de soutien. Les nouvelles possibilités de déduction, concernant des montants élevés, ne profiteront qu’aux ménages disposant d’un revenu supérieur à la moyenne. Car de nombreuses personnes ne gagnent aujourd’hui pas suffisamment pour déposer des avoirs au 3e pilier. L’épargne-logement n’est pas un projet visant à encourager l’accès à la propriété. Elle permettra seulement aux catégories aisées d’optimiser leur situation fiscale.

Le bon sens voudrait que toutes les franges de la population aient une possibilité de devenir un jour propriétaire et qu’à cette fin les avantages fiscaux soient en faveur des moins aisés sinon équitablement répartis. Comme les impôts prélevés chez les personnes à hauts revenus sont plus importants que chez les personnes à bas revenus, un même montant épargné pour son futur logement engendre un rabais plus important chez les riches que chez les moins aisés. On constate donc que l’initiative manque sa cible, car l’avantage fiscal est moins favorable envers les bas revenus.

Les pertes de recettes fiscales devront être compensées par toute la collectivité, soit par des réductions de prestations, soit par une augmentation des impôts et taxes. La situation financière des cantons en serait péjorée, sans bénéfice notable.

L’épargne-logement aura un autre effet contre-productif: comme l’accès à la propriété sera subventionné pour une catégorie de la population, le prix de l’immobilier continuera à grimper. Au final, ceux qui profiteront de l’épargne-logement ne seront pas les jeunes familles de la classe moyenne, mais les propriétaires de terrains et d’immeubles, qui pourront réaliser des gains encore supérieurs à ce qu’ils sont aujourd’hui.

L’initiative est donc trompeuse, elle ne vise pas à favoriser l’accession de toutes et tous à la propriété mais à octroyer un privilège fiscal aux plus aisé-e-s, et irresponsable par les importantes déductions fiscales qui feraient largement baisser les recettes alors que les cantons doivent actuellement affronter de nombreux défis.

Share Button