Décharges contrôlées, où en est-on?


Warning: Illegal string offset 'filter' in /home/clients/fd8e35f68e627d052e1108f015227e36/web/site-2015-today/wp-includes/taxonomy.php on line 1409

Depuis 1990, la quantité de déchets a augmenté de 33%. Cette hausse s’explique par la croissance démographique et économique. En 2009, près de 19,4 millions de tonnes de déchets ont été produits en Suisse.

Le secteur de la construction a généré à lui seul 12 millions de tonnes en 2009, dont 10 millions de tonnes environ ont été valorisés. Les déchets urbains viennent en deuxième position avec quelque 700 kg par habitant en 2009. Les quantités de déchets spéciaux et de déchets de l’industrie et de l’artisanat ainsi que de boues d’épuration continuent également de progresser (OFEV, Rapport d’état Gestion des déchets, 2011).

Dans la vallée de Delémont, deux nouvelles décharges pour matériaux inertes sont prévues, la Rintsche/Tivila à Courtételle et la Grosse Fin Ouest à Soyhières. D’autre part, la capacité de là décharge bioactive de Boécourt devrait être prochainement augmentée de SOO’OOO m3.

Selon le tableau 13 du Rapport de l’OFEV sur la gestion des déchets (2008, p. 112), les matériaux d’excavation tolérés/pollués sont admis dans le canton du Jura. Pour la décharge contrôlée de matériaux inertes (DCMI) de Soyhières, cela représente 110’000 tonnes de déchets pollués pour un total de SOO’OOO tonnes entreposées (chiffres fin 2006). Les DCMI de Bâle-Campagne et de Soleure n’acceptent pas ces matériaux, ceux-ci doivent être entreposés dans des décharges bioactives. Une tonne de déchets entreposés en DCMI coûte en moyenne Fr 20.- contre Fr 80.- en décharge bioactive.

D’où nos questions au Gouvernement :

  • Comment se fait-il que la décharge de Soyhières, une décharge contrôlée de matériaux inertes (DCMI), accepte des matériaux d’excavation faiblement pollués qui sont refusés dans les DCMI de Bâle-Campagne et de Soleure ?
  • Quelles sont les décharges contrôlées actuellement disponibles sur le territoire du canton, ainsi que leurs capacités résiduelles ?
  • Enfin, nous aimerions connaître tous les accords passés avec d’autres cantons dans le domaine de la gestion des déchets.
Share Button