Maintien de la liaison ferroviaire directe Genève-Lausanne-Bienne-Delémont-Bâle


Warning: Illegal string offset 'filter' in /home/clients/fd8e35f68e627d052e1108f015227e36/web/site-2015-today/wp-includes/taxonomy.php on line 1372

Résolution inter-partis adressée au Conseil fédéral n° 142

Groupe CS-POP+VERTS, Groupe PCSI, Groupe PDC-JDC : Groupe PLR, Groupe PS, Groupe UDC

La pérennité de la liaison ferroviaire directe (sans changement de train) « Genève / Lausanne – Bienne – Delémont- Bâle » en tant que ligne prioritaire des CFF n’est à ce jour pas garantie !

A terme on peut en effet craindre que les trains (Genève-Bâle par Delémont) y soient supprimés. Que ce soit à Delémont, à Laufon, à Moutier ou à Granges, de nombreux voyageurs réguliers ou pendulaires montent et descendent des Intercity souvent bondés. Ils travaillent à Bâle, Bienne, Neuchâtel et Berne, villes également desservies par une offre Intercity attractive. La fréquentation des trains sur les lignes jurassiennes progresse de manière remarquable et démontre ainsi le potentiel de cette région. Cela justifie des investissements pour une mise à niveau régulière des lignes. 

L’économie jurassienne, comme celle du Jura méridional, a besoin d’une desserte performante qui permette aux habitants de la région d’y rester et à d’autres de choisir de s’y établir. Une telle desserte facilite la mobilité professionnelle et celle des personnes en formation, incite des entreprises à s’implanter dans la région et contribue à promouvoir un tourisme doux. Agir pour le maintien d’un réseau ferré efficace, c’est aussi aller dans le sens d’un développement véritablement durable. Il est inacceptable que les CFF ou la Confédération diminuent ou péjorent le fonctionnement du nœud de Delémont et donc l’ensemble de l’offre ferroviaire régionale y aboutissant. La Confédération doit également s’assurer du bon fonctionnement à l’avenir de la ligne Bienne-Delémont-Belfort approuvée par les Chambres fédérales en 2005.

L’Etat se doit d’être cohérent à travers l’action de ses divers agents ou partenaires. Les CFF ont par le passé su irriguer l’ensemble du pays en maintenant un réseau dense et efficace. La structure fédérale décentralisée de la Suisse a fait ses preuves. Concentrer l’ensemble du trafic ferroviaire sur deux ou trois axes auxquels serait réservée la plus grande part des investissements est inacceptable.

Le Parlement jurassien, conscient des enjeux liés à la circulation des trains Intercity, exhorte le Conseil fédéral à maintenir et à améliorer l’axe national Genève – Bienne – Delémont – Bâle et la qualité des nœuds de correspondance. La Confédération et les CFF doivent y consentir les investissements nécessaires pour améliorer les infrastructures.

 

Défense de la résolution à la tribune

En novembre 1998, le peuple et les cantons ont adopté le projet de modernisation de l’infrastructure ferroviaire. Un investissement d’environ 30 milliards de francs devait permettre de réaliser au cours des 20 années suivantes la première étape de RAIL 2000. Malheureusement les priorités n’ont pas favorisé la modernisation de la ligne Bienne-Delémont-Bâle, bien qu’avant la votation, les communes situées sur cet axe aient reçu l’assurance écrite de la Confédération que la voie serait dédoublée entre Bienne et Bâle.

Suite malheureusement logique à cela, le nouveau projet de financement et d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF), dont la consultation s’est achevée le 8 juillet, propose des alternatives à la liaison actuelle Genève-Bâle par Delémont, alternatives passant par Olten ou même par Berne, pour décharger le nœud ferroviaire de Bienne. Et pour enfoncer encore un peu plus le clou, aucun investissement n’est prévu entre Bienne et Bâle avant 2025 !

Ces propositions ont soulevé un tollé de protestations dans toute la région. En effet, c’est tout le développement ou même la conservation du réseau ferroviaire secondaire entre Bienne et Bâle et aussi entre Delémont et la gare TGV de Meroux qui sont menacés par ces scénarios de tracés alternatifs à la ligne Genève-Bâle par Delémont. On pense à la liaison Moutier-Soleure, aux liaisons vers Tavannes et les Franches-Montagnes… L’abandon d’une grande ligne – pourtant la plus rapide – passant par notre région signifierait moins d’investissements pour les infrastructures et moins d’intérêt pour les réseaux secondaires encore bien vivants dans tout le Jura historique.

Le dédoublement partiel de la ligne jurassienne Bienne-Delémont-Bâle doit donc prioritairement être remis à l’ordre du jour. Des travaux doivent permettre à cette ligne de première importance pour toute la région de se développer. Si rien n’est entrepris pour améliorer les infrastructures, les cinq cantons du nord-ouest (Bâle-Campagne, Bâle-Ville, Soleure, Jura, Berne) et la France pourront craindre, à juste titre, car la menace se précise, que cette ligne perde son statut de liaison de première importance.

Je ne peux m’empêcher de signaler l’action d’un « groupe d’inconnus » qui a placardé des horaires contrefaits dans les gares de Moutier, Delémont, Laufon et de Granges-Nord qui faisaient état des suppressions des trains ICN entre Laufon et Granges-Nord.

Pour notre part, nous demandons donc par cette résolution interpartis, signée par tous les députés du Parlement jurassien je cite:

Le Parlement jurassien, conscient des enjeux liés à la circulation des trains Intercity, exhorte le Conseil fédéral à maintenir et à améliorer l’axe national Genève – Bienne – Delémont – Bâle et la qualité des nœuds de correspondance. La Confédération et les CFF doivent y consentir les investissements nécessaires pour améliorer les infrastructures.

Merci de votre soutien.

Share Button