Une nouvelle décharge contrôlée de matériaux inertes à Soyhières?


Warning: Illegal string offset 'filter' in /home/clients/fd8e35f68e627d052e1108f015227e36/web/site-2015-today/wp-includes/taxonomy.php on line 1409

Soyhières abrite sur son territoire plusieurs décharges, parfois anciennes: quatre sont abandonnées (autour de La Réselle), une est sauvage (Losinger), La Grosse Fin est toujours en activité, sans oublier les trois anciens sites de Bellerive tout proche. En aval du village, la Birse est polluée aux PCB.

Une nouvelle DCMI est prévue pour plus de 1 million de m3, sur une surface de 180?000 m2, soit 27 terrains de football. On sacrifie, pour Fr 400?000.- de rentrées annuelles, un beau petit vallon, près du chemin qui conduit aux étangs de la Réselle, au terrain de foot, au stand de tir, au vignoble Blattner et à la Bergerie.

Contrairement aux idées reçues, une DCMI peut contenir des matériaux pollués, comme les résidus bitumineux chargés en HAP, les hydrocarbures aromatiques polycycliques, comme l’amiante, qui peut s’en échapper sous forme de poussière. Sans compter les autres conséquences: le bruit (50 camions par jour en moyenne), les poussières et surtout l’impact paysager. 75% des déchets proviendraient d’autres cantons, ce qui va à l’encontre du plan directeur cantonal. La société d’exploitation, Hasto SA, comprend des partenaires jurassiens et bâlois.

Un groupe d’habitants a créé un comité, « Soyhières responsable », afin d’ouvrir la discussion sur cette seconde décharge pour matériaux inertes. Ce groupe veut que les habitants puissent se prononcer sur l’avenir de leur village, sa qualité de vie, la beauté de ses paysages. Ils en ont assez de servir de décharge ! Les autorités, qui lorgnent sur l’apport financier, n’ont pas fait preuve de beaucoup de transparence ni de communication.

Appuyons « Soyhières responsable » pour plus de démocratie locale et pour éviter qu’une fois de plus nos richesses naturelles soient sacrifiées pour de vulgaires intérêts financiers.

Share Button